mardi 26 décembre 2017

De l'abondance au manque... la transversale.

Cette abondance de chair !
Comme autant de nourritures sur les tables festives
On commence par se régaler avec le regard, le nez
Par l'effet en soi d'appétit
Et puis... porter l'aliment à la bouche
Saliver, humer de l'intérieur
C'est un bouquet, bouquet de sensations
Explosives et participatives...


Oui, je jeûne en ce moment
Et ce pendant toutes les fêtes
Que je passe seule, en ermite
Dans la maison des chats
Analyse approfondie de la question
De toutes ces débauches qui s'affichent
Alors que d'autres se tapent sur le ventre
Le manque, la faim...


Analyse aussi du geste de se nourrir
A savoir est-ce une absolue nécessité ?




 Valery Blokhin

3 commentaires:

Merci de vos commentaires